Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 16:19

texte de Myriam El Ayadi


Quoi de plus privé que votre corps? Et pourtant, moi, j'en ai fait un objet public. Les hommes viennent y déverser leur trop plein ou parfois plutôt essayer d'y combler un vide. Une sorte d'abîme pour certains, une sorte de réservoir pour d'autres. Allez comprendre. Et pour moi? Ce n'est plus rien. Ma raie est devenue publique et moi je me suis faite pudique, absente, effacée. Oh, je ne me plains pas; je ne vis pas écrasée sous le poids de ces déjections informes et sans nom, je ne mens pas trop pleine de ces bouts de rebus bêtement barrés là avec abus; non, je suis au delà, au-dessus, ailleurs. Ce monde ci ne me dit guère. J'ai laissé la société et notre chère République à ceux qui croient que la pensée nous est donnée à dessein. Non, moi, j'ai pris l'arrêt final, l'arrêt public de ce train que nous prenons tous sans savoir où il nous mène. Je suis descendue et depuis j'erre, sans but, sans plan ni projet. Je m'évade dans mes rêves et n'en reviens jamais même quand ils me secouent, même sous leurs crocs parfois trop acérés. Et croyez-moi c'est tout un art que de savoir rester en dehors, n'être d'aucun camp. Et pourtant me direz-vous l'art est public, il est foule et donc ma passion doit être partagée. Mais je ne puis le voir parce que les brumes m'envahissent et me brouillent la vue. Tous ne sont que formes informes et floues se mouvant avec hâte vers un havre où l'ennui ne sera pas. Pascal avait tort. Ou bien je ne suis pas humaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Antidata - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dan 26/03/2009 20:05

Enfin j'ai pu te lire! je suis fier de voir ton nom sur cet ouvrage, je
> sais que tu écris depuis que je te connais et cela remonte à loin!!
> Mais... la république n'était-elle pas une mère maquerelle elle même, ou
> le genre humain vient y déverser ses angoisses, ses envies, ses folies,
> ne forme - t -elle pas ses pauvres acteurs??
> Les hommes qui la serve ne sont-ils pas prostitués eux même de cette
> république et asservis par ce système, ou leurs cupidités et
> matérialismes seront leurs pertes!! ?
> Vite descendons de ce train ...
> Et cette raie publique issue de nos sociétés millénaire elles assument
> un rôle de contrôles des violences, un rôle sociétale important que sa
> consoeur la république voudrait congédier comme une vieille chaussette à
> la p'titelueur (lol)d'un lampadaire chancelant, comme l'est la politique
> de nos jours, insipide et sans saveur, ils ont perdus le sens de
> l'honneur et du sacrifice, quand je pense que j'ai donné trois ans de
> ma vie à Marianne j'en ai froid dans le dos, mais ne regrette rien;
>
> Ceci était une petite pensée vacançiale (moi aussi j'invente des mots)
> douloureuse mais nécessaire! (encore MDR).
> Ma gamba mi fa mao!!! Baboule et je n'aie pas de parachute doré, MERDE
> !!!!!!!
>
> Bisous et bonne lecture
Ton ami de toujours dans l'honneur et la fidélité
Dan.

antidata

Antidata est une maison d'édition née en 2004, héritière de

la revue du même nom, se donnant pour but d'éditer des textes courts, nouvelles mais aussi dialogues, lettres, ou autres. En dehors de ce format court, elle n'a d'autre ligne éditoriale que les goûts et enthousiasmes de ses membres.

 

Pour proposer des textes, les envoyer en document word attachés à l'adresse suivante :

 

editionsantidata@gmail.com

 

 

Pour vous procurer nos livres, commandez-les à votre libraire, et si vous êtes libraires, contacter notre diffuseur,

amalia-diffusion, au 06 49 84 16 80 ou à

contact@amalia-diffusion.com

 

 

Recherche

Catégories