Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 00:00

texte des Mutants Anachroniques


Une journée comme les autres... Sauf la lumière du soleil, qui lui a semblé tout à l'heure plus aveuglante qu'à l'accoutumée... Désormais la nuit approche. Un fort vent s'est levé, entravant sa marche.
Un tramway la frôle, un passant la bouscule, elle entre dans une église, persuadée d'être invisible. Les anges dégringolent de la voûte sur elle, à moins qu'elle ne s'élève, aspirée. Elle titube, s'appuie aux stucs : pas même une matière froide... Il devrait bien faire froid...!? Etrangère.

"Etranger en terre étrangère" : des mots qu'elle a lu dans son dictionnaire d'anglais, tirés de la Bible peut-être : des mots qui font froid.

Avec ses sourcils touffus, son teint mat d'Ouzbek - mat, pas foncé : ceux qui se sont une fois pour toutes intitulés "blancs" ont surtout des peaux qui, au premier coup de sang, deviennent rosées, luisantes, à l'image de ces angelots que les Italiens appellent putti -, elle doute d'avoir sa place au Paradis baroque, ou n'importe où.
Un garçon manqué, la frange coupée très court. De jolies fesses moulées dans un jean serré, qu'on remarque quand elle danse, ce qui ne lui est pas arrivé depuis un an. Elle aime danser. Une Américaine qu'elle a rencontrée l'autre jour près du pont Charles doit l'appeler pour aller danser.

De retour dans la rue. Aux fenêtres d'antiques maisons barbouillées d'enduis frais des coquelicots ricanent.
Elle presse le pas, cherche un ami.

L'imprimé posé près de la tasse, une tache de crème, le tampon officiel...
« Alors c'est comme ça ? C'est chacun pour soi ? »
L'ami détourne la tête :
« Désolé. »

Chaque porte fermée, chaque fenêtre obscure lui crie : « Va-t'en ! »
Elle passe devant la vieille gare. Peut-être se trouvera-t-il là quelqu'un susceptible de l'aider - Making movies on location (Don't you want to be a Model ? Whats is papers ? Papers is nothing, you no need to worry about nothing-), et après tout elle n'est pas non plus née de la dernière pluie (You know him and he knows me, I will keep good care of you-). Néanmoins elle ne s'arrête pas.

Elle revoit ce jour où il a tant plu. Andreï a attrapé froid. La marchandise a beaucoup souffert. La femme d'Andreï pleure et, tout reniflant lui-même, celui-ci ne parvient pas à l'apaiser.
C'est plus dur pour Andreï parce qu'à l'origine, c'étaient ses tableaux qu'il vendait sur le stand. Il transporte encore partout ce portfolio avec les dates des expositions auxquelles il a participé, à Kiev mais aussi une fois à Copenhague.
Même d'être blond aux yeux bleus ne leur rend pas la vie plus facile, à lui comme à son pote Igor - celui qui ressemble au Mychkine de Dostoïevski, sauf que, pas de bol, il déteste Dostoïevski. L'autre soir quatre Tchèques pétés à la bière ont commencé à les insulter. Peut-être, parce qu'ils parlent russe, continue-t-on ici de les voir comme des genres de tankistes envoyés du Pacte de Varsovie.
Le sourire d'Igor, soudain figé. Ce sourire en apparence invincible. Comme il aime les garçons il ne retournera jamais en Ukraine, c'est sûr. Il espère partir en Suède rejoindre ce type dont Ljuba a oublié le nom.

Elle se souvient du temps passé à compter la recette de la journée dans le petit café en bas des marches, que fréquentent la plupart des vendeurs de souvenirs, immigrés ou pas, installés aux abords du Hradcany. Et puis il y a le chien... toujours elle parle au chien, pour le faire tenir tranquille.
Elle ne se souvient plus vraiment de Kiev, où elle vivait elle aussi en dépit de ses origines ouzbèks. Le présent a tout avalé.

Une fois encore elle prend le chemin des escaliers du château. Difficile à expliquer, mais c'est comme ça : du travail, il en reste tant et plus à faire même quand, la messe étant dite, il n'y a de fait plus rien à faire.

C'est toute l'histoire de sa vie.



Partager cet article

Repost 0
Published by Antidata - dans Textes
commenter cet article

commentaires

antidata

Antidata est une maison d'édition née en 2004, héritière de

la revue du même nom, se donnant pour but d'éditer des textes courts, nouvelles mais aussi dialogues, lettres, ou autres. En dehors de ce format court, elle n'a d'autre ligne éditoriale que les goûts et enthousiasmes de ses membres.

 

Pour proposer des textes, les envoyer en document word attachés à l'adresse suivante :

 

editionsantidata@gmail.com

 

 

Pour vous procurer nos livres, commandez-les à votre libraire, et si vous êtes libraires, contacter notre diffuseur,

amalia-diffusion, au 06 49 84 16 80 ou à

contact@amalia-diffusion.com

 

 

Recherche

Catégories